Structurer la gouvernance des entreprises en croissance 

Découvrez quels sont les enjeux de la gouvernance d’entreprise pour les PME, particulièrement celles en croissance

En quoi la gouvernance est-elle un enjeu pour les PME en croissance afin d’éviter une situation de blocage ?

La gouvernance d’entreprise concerne toutes les sociétés, quelle que soit leur taille et leur secteur d’activité. Si elle est particulièrement développée dans les grandes entreprises, elle ne doit pas être négligée par les PME, particulièrement celles en forte croissance. ..

En effet, les PME sont souvent structurées autour d’un entrepreneur, qui a pris l’ensemble des décisions selon sa vision stratégique. Toutefois, au fil de la croissance de l’activité, il s’est entouré de compétences opérationnelles pour gérer les différentes fonctions de l’entreprise : finances, RH, production, vente, etc... À mesure de la croissance de son activité, les situations et les enjeux se complexifient. Une meilleure expertise dans chaque domaine, mais aussi une décentralisation des décisions, deviennent indispensables.

Sans une prise en compte sérieuse de la gouvernance d’entreprise dans la stratégie de croissance d’une PME, les risques de blocage sont multiples. Le dirigeant peut se retrouver isolé face à des choix techniques et stratégiques de plus en plus complexes à opérer. La tendance à la croissance en silo peut générer un manque de transversalité dans les processus, avec un affaiblissement de la vision de l’entreprise. Enfin, même si une instance de gouvernance est en place, comme un comité de direction, l’absence de décentralisation dans les décisions, le manque de leadership ou de structure peuvent contribuer à des stratégies de management “top-down” préjudiciables, à termes, pour la croissance de l’entreprise.

Découvrez comment la gouvernance est un véritable enjeu pour les PME en croissance et peut leur permettre d’éviter une situation de blocage.

La gouvernance d’entreprise, un outil managérial


Une définition simple de la gouvernance est celle d’un système prévu pour diriger, administrer et contrôler une société. Il n’y a donc pas de taille ou de secteur d’activité critique pour nécessiter une bonne gouvernance d’entreprise. Elle implique de prendre en compte et responsabiliser toutes les parties prenantes à tous les niveaux de la société (actionnariat, management, mais aussi collaborateurs, fournisseurs, clients et banques), dans la prise de décision. Elle propose un cadre pour définir et évaluer les actions stratégiques de l’entreprise avec les moyens associés et pour préciser qui contrôle quoi et comment. Calibrée à la hauteur de leur taille et de leurs activités, la gouvernance d’entreprise est un outil managérial de premier plan pour la croissance des PME. .


La gouvernance se traduit concrètement par la mise en place de comités, et les processus associés, partageant les responsabilités, les opérations de contrôle et une partie de la communication. C’est pourquoi, dans le cas de PME, elle passe d’abord par la mise en place d’un comité de direction (ou CODIR), qui apporte le bénéfice de réflexions et de prises de décisions collégiales.


Cela assure notamment un débat fructueux autour des différentes stratégies de l’entreprise et un partage vertueux des pouvoirs. La mise en place d’un CODIR permet également d’identifier rapidement si les bonnes compétences sont bien détenues à la bonne fonction et d’éventuellement évaluer les besoins en recrutement. Enfin la mise en place d’une instance de gouvernance sur le modèle du comité de direction est l’occasion unique de développer une culture du chiffre et du partage de l’analyse autour de KPI au service de la vision stratégique de l’entreprise. La mise en place d’un CODIR est ainsi nécessaire pour améliorer la pertinence des choix opérationnels et stratégiques. Elle permet enfin de rompre la solitude du chef d’entreprise et contrer les effets néfastes d’une centralisation des décisions, qui peuvent se vérifier particulièrement lors d’une phase de croissance rapide d’une PME.


Une fois mis en place, les moyens qui sont associés au comité de direction doivent également être efficaces pour une bonne gouvernance. Les 3 clés de réussite d’un bon CODIR sont :



1. La mise en place d’un processus décisionnel efficace


Dans ce processus chaque fonction de l’entreprise apporte sa contribution à une prise de décision au service des objectifs communs. Cela s’accompagne impérativement d’une préparation des réunions avec des ordres du jour et l’apport par chaque contributeur d’indicateurs clés nécessaires aux décisions collégiales.



2. La transparence des règles et des décisions


Qu’il s’agisse des règles (participants, préparation de l’ordre du jour, processus décisionnel) ou des décisions actées par le comité de direction, elles pourront être communiquées et accessibles dans l’entreprise selon leur teneur.



3. L’évaluation de la performance


Les actions précédentes doivent être rappelées et leur avancement évalué à chaque CODIR suivant, avec un réajustement, si nécessaire.



Le projet d’entreprise, un outil de mobilisation du CODIR en mode projet pour structurer la gouvernance d'entreprise


Si la mise en place de règles, de processus décisionnels, d’instances de décisions et de contrôle de leur application sont des éléments fondamentaux d’une bonne gouvernance d’entreprise, les parties prenantes doivent être également mobilisées autour d’un projet d’entreprise. Il s’agit d’un document qui énonce la philosophie, les valeurs et les principes que l’entreprise veut promouvoir, définissant son éthique et ses ambitions à plus ou moins long terme.


Le projet d’entreprise est une méthode de management qui permet de définir très précisément un objectif commun à l’ensemble des collaborateurs, incluant le CODIR, pour les mobiliser et obtenir leur motivation et adhésion au projet, afin d’assurer sa réussite. .


La gouvernance dépasse largement le simple cadre d’une instance de décision collégiale au sein d’un CODIR. Elle doit s’incarner dans un socle de valeur, une philosophie, un esprit propre à l’origine de la création de l’entreprise. Et elle doit s’articuler autour d’une vision stratégique de l’entreprise, qu’il faut nourrir, questionner et formaliser.


La vision du dirigeant de PME doit donc être nourrie d’échanges avec les fonctions expertes qui l’entourent (finances, ventes, RH, par exemple). Définir ce projet d’entreprise à 2, 3, 4 ou 5 ans va non seulement permettre de mieux mobiliser le CODIR, mais également d’engager toutes les strates du management et les collaborateurs autour d’un objectif moyen ou long terme pour la croissance de l’entreprise. La réussite d’une méthode de gestion de projet dépend de la bonne définition de l’objectif commun. Il en va de même pour le projet d’entreprise, qui va permettre de placer le CODIR en mode plan d’action et assurer la contribution de chacune des fonctions de l’entreprise.


Il peut être difficile d’initier toutes ces profondes modifications de la gouvernance de sa PME lorsqu’on a longtemps porté seul les objectifs stratégiques, la croissance et le projet de son entreprise. Cela peut sembler compliqué de décentraliser la prise de décisions, changer les processus décisionnels ou s’entourer des bonnes expertises lorsque la croissance de sa PME se fait très rapidement. C’est exactement l’expertise du cabinet de conseil stratégique Référence STEP.


Référence STEP construit et conduit les projets de transformations transverses des entreprises, grâce à des experts en organisation, des solutions et des méthodologies pragmatiques, efficaces et opérationnelles. Référence STEP apporte aux PME un conseil en stratégie de l’entreprise pour la transformation de leur mode de gouvernance et de fonctionnement, au service de leur croissance.